Le 5e opus de la Transcontinental Race met le cap sur la Grèce

Teasing parfaitement maîtrisé par les organisateurs de la Transcontinental Race (TCR) qui ont dévoilé le 4 novembre dernier les grandes lignes de la prochaine édition qui débutera le 28 juillet 2017 au pied du célèbre mur de Grammont en Belgique pour la 3e année consécutive.

En seulement 4 éditions, cette épreuve est en passe de devenir un véritable mythe. A la fois course et raid aventure, elle fait l’objet d’un engouement qui année après année ne cesse de prendre de l’ampleur. En juillet prochain, ils seront ainsi 300 à tenter de décrocher un titre de finisher qui suffit à faire de vous une sorte d’icône. Dis moi de quelle épreuve tu es finisher et je te dirai quel cycliste tu es… TCR, 3 lettres qui font désormais rêver de plus en plus de cyclistes en quête de nouveaux horizons.

tcr-2015_mike_hallIl est vrai que la Transcontinental Race (TCR) est une épreuve hors norme, un long périple solitaire et sans assistance inspiré du Tour Divide (4800 km à travers le Canada et les Etats Unis) et de la TransAm Bike (6800 km à travers les Etats Unis). Deux épreuves que Mike Hall, principal instigateur de la TCR, connaît bien pour les avoir remporté toutes les 2.

Pour cette 5e édition, exit l’arrivée en Turquie sur les rivage de la mer de Marmara. La situation politique du pays ayant en effet poussé les organisateurs à privilégier une arrivée dans un pays plus « apaisé ». C’est donc au centre de la Grèce, à  Kalambaka, que les concurrents de la 5e Transcontinental Race achèveront leur folle chevauchée à travers l’Europe. Point de plage de sable fin en guise de récompense mais un cadre exceptionnel : celui des monastères des Météores.

les_meteores_grece_6942608252

Auparavant, les concurrents auront du atteindre dans les délais impartis les 4 points de contrôle obligatoires qui ponctuent leur parcours. 4 check-points qui, traditionnellement, sont des lieux symboliques parrainés par les principaux partenaires de l’épreuve.

Le premier, situé en Allemagne à environ 480 km du départ a pour cadre le majestueux château de Lichtenstein bâti sur un impressionnant piton rocheux. Un premier check-point qu’il faudra atteindre au plus tard le 31 juillet 2017 pour poursuivre l’aventure.

schloss_lichtenstein_04-2010

Cap ensuite sur l’Italie et les Dolomites avec un second check-point au sommet du Monte Grappa à 1775 m d’altitude, site chargé d’histoire et haut lieu du Giro.

monte_grappa_wk1-denkm

Ceux qui auront atteint le sommet du Monte Grappa avant le 2 août continueront leur route en direction de la chaîne des Hautes Tatras en Slovaquie où se situera le 3e check-point dont la localisation reste encore à déterminer.

tatras

Le 4e et dernier check-point, ouvert jusqu’au 9 août 2017, sera quant à lui situé au coeur des Carpates en Roumanie sur la Route Transfăgăran. Construite entre 1970 et 1974, sous le régime de Nicolae Ceaușescu, cette route stratégique longue d’une centaine de kilomètres est l’une des plus hautes routes bitumée de Roumanie (un peu moins de 2 000 m d’altitude). La légende dit aussi que Dracula hante ces hauts lieux…

voyage-roumanie-plus-belle-route-verdure-planet-ride2

Le décor est donc planté. Les candidats à l’aventure vont pouvoir désormais commencer à planifier soigneusement leur itinéraire afin d’optimiser leur trajet en tenant compte des horaires de fermeture des 4 points de contrôle par lesquels ils devront impérativement passer. Quelques heures après la présentation de Mike Hall, Laura Scott tweetait une première proposition d’itinéraire.

transcontinental-2017-presentation-rough-route-map-photo-laura-scott

Plus d’infos sur la Transcontinental Race :