#RAAM – Arnaud Manzanini l’a fait!

Comment ne pas déployer une avalanche de superlatifs pour qualifier ce que vient de réaliser Arnaud Manzanini? Il aura fallu 11 jours 2 heures et 48 minutes à ce lyonnais âgé de 41 ans pour traverser les Etats-Unis d’Ouest en Est, cet exploit le fait rentrer dans le cercle très fermé des finishers de la mythique Race Across America, considérée à juste titre comme la course cycliste la plus dure au monde. Les images ne manquent pas pour qualifier cette épreuve qui pousse l’endurance à son paroxysme. Parfois on la compare à l’ascension de l’Everest, mais la voie de l’Everest est devenue plus accessible et balisée, il est coutume de dire que les aventuriers parvenant au sommet de l’Everest sont plus nombreux que les cyclistes terminant la RAAM. Si on compare la RAAM au Tour de France, les esprits observateurs relèveront qu’il faut 3 semaines aux professionnels pour faire 3500km alors qu’il faut une dizaine de jours en moyenne aux amateurs pour faire les 4800km de la RAAM!

Arnaud Manzanini est loin d’être un débutant, passionné de cyclisme depuis l’âge de 5 ans, il a accumulé une cinquantaine de bouquets sur les courses amateurs avant de découvrir le cyclisme Ultra-distance. En 2013, il fait son apprentissage de la RAAM en y participant en équipe de 2 dans le Team Flying Frenchies avec David Dufossé. Après 8 jours 1 heure et 38mn et une 5ème place parmi les équipes de 2, Arnaud n’a plus qu’une idée en tête : revenir sur la RAAM en solo.

En étant confortablement installés derrière nos PC à suivre la course, il est presque impossible d’imaginer l’intensité de l’aventure que viennent de vivre Arnaud et son équipe d’assistance. Nous leur laissons le soin de nous raconter cela dans les jours et les semaines à venir. Vu de l’extérieur, on a bien senti qu’Arnaud a connu des difficultés dans les terribles chaleurs du premier 1/3 de course, on l’a vu reculer doucement au classement jusqu’à une provisoire 20e place, les pronostics étaient mitigés. Puis une fois le sommet de la RAAM franchi dans les Rocheuses au Wolf Creek Pass à plus de 3300 mètres d’altitude, on a vu Arnaud adopter un rythme de croisière beaucoup plus agressif en limitant les temps de sommeil. Il a avalé le Kansas version TGV en bouclant une Time Station à plus de 35km/h de moyenne. Les concurrents le devançant on vu débouler un véritable avion de chasse sur son vélo de chrono. Arnaud est remonté jusqu’à une provisoire 9e place, et seul le retour de l’américain Adam Bickett  qui s’était arrêté 24h à la TS16 dans le colorado alors qu’il occupait la 4e place, prive Arnaud de cette 9e place. Côté assistance on sait que la logistique a été très complexe à gérer suite aux multiples défaillances du Camper, centre névralgique de l’organisation, se terminant par une panne totale. L’équipe a donc du se diviser en deux pour trouver un véhicule de rechange pendant qu’Arnaud poursuivait sa course avec un seul véhicule d’assistance, rendant l’aventure encore plus épique.

Bravo l’artiste ! (Photo team Manzanini)

La performance d’Arnaud Manzanini est remarquable, il devient le 4e français finisher de la RAAM après Jean-Marc Velez en 2007, Patrick Autissier (résidant aux Etats-Unis mais de nationalité française) en 2007, et Dominique Briand en 2009.Même si le parcours connaît des variations chaque année, cerise sur le gâteau, Arnaud réalise le meilleur temps français sur la RAAM.

Pour mémoire et par ordre chronologique :

  • Patrick Autissier en 2007 : 4 874km en 12 jours 5 heures et 34 mn
  • Jean-Marc Velez en 2007 : 4 874km en 11 jours 16 heures et 11 mn
  • Dominique Briand en 2009 : 4 827km en 11 jours 9 heures et 40mn (Rookie et 1er de la catégorie des plus de 50 ans)
  • Arnaud Manzanini en 2015 : 4 806km en 11 jours 2 heures et 48 mn (Rookie et 10e de la catégorie des moins de 50 ans)

 

La RAAM n’est pas encore terminée car Hervé Talabardon est encore en lutte pour négocier les délais pour l’arrivée à Annapolis et s’offrir ce rêve complètement fou pour les amateurs de (très) longue distance qui est de terminer la Race Across America. Il lui reste 390km à accomplir avant lundi 21 heures (heure française) pour s’offrir son rêve à 69 ans. Allez Hervé, on y croit très très fort !!!