Ralph Diseviscourt, du tennis de table à l’ultracyclisme – Partie 2

Voici la suite du portrait du luxembourgeois Ralph Diseviscourt avec lequel nous avons fait connaissance dans un billet précédent.

En 2014, après avoir remporté la Race Across The Dolomites (590 km, 16000 D+ et 16 cols) en moins de 26 heures (25h 52 min), Ralph Diseviscourt confirmait son énorme potentiel dans le domaine de l’ultracyclisme. Cette prestigieuse victoire lui faisait quelque peu oublier sa cruelle déconvenue du Raid Provence Extrême et constitue à ce jour son plus beau souvenir en raison notamment de l’énorme émotion qu’il a pu partager après avoir franchi la ligne d’arrivée avec son équipe d’assistance. Ralph attache en effet beaucoup d’importance au rôle joué par ceux sans qui, il ne pourrait vivre sa passion aussi intensément.

L’ultra est loin d’être un sport individuel

Support moral, navigation, improvisation, ravitaillement, assistance technique, toutes ces tâches ont une grande importance est sont bien plus qu’une petite pièce dans le puzzle du succès. Ralph est tout particulièrement reconnaissant devant tant d’engagement et de dévouement avant, pendant et après la course.

Sans un cercle d’amis qui partagent notre passion, il ne serait pas possible pour nous coureurs de réaliser nos rêves. Passer 24h derrière le volant pour suivre et assister un fou sur son vélo demande également une grande abnégation. L’ultra est loin d’être un sport individuel, tout au contraire ! Et d’après leur témoignage, les émotions sont toutes aussi fortes dans la voiture d’assistance que sur le vélo.

 

Mais comme tient à le rappeler Ralph, le premier soutient que l’on oublie trop souvent, est avant tout la famille et notamment le partenaire et les enfants. C’est d’ailleurs pour cela que Ralph ne se contente que de 2 sorties de 2-3 heures en général le week end afin de consacrer du temps à sa famille.

Des semaines bien remplies…

Si Ralph Diseviscourt lève le pied le week-end, ses semaines sont en revanche bien remplies. Père de famille et travaillant 40h par semaine, il s’efforce donc d’intégrer ses séances dans son quotidien, sans recourir ni à un coach, ni suivre un plan d’entraînement spécifique.

Depuis 3-4 ans, il se rend ainsi chaque jour au travail à vélo, partant à jeun dès 5h15 du matin. Quelque soit la météo, il effectue ainsi une soixantaine de km et n’hésite pas à recourir au VTT lorsque les routes sont enneigées ! L’été, il profite de cette sortie matinale pour effectuer jusqu’à 80-100 km. A la pause déjeuner, il retrouve une bande de copains pour refaire 50-60 km, parfois en mode relax, parfois en mode course pour faire du rythme. Et pour finir, il rentre le soir à vélo, soit en faisant seulement une partie du trajet (40 km) et poursuit en train, soit en allant jusqu’à son domicile.

10633417_755282274517821_5351394059016225194_o

Mises à part les périodes de stage, Ralph ne fait que très rarement des sorties longues. Il estime en effet que c’est plus facile pour le corps de digérer 3 sorties de 2 h dans la journée qu’une seule de 6 h. Un mode d’entraînement également privilégié par les Africains en course à pied. Une fois en stage par contre, Ralph est capable d’accumuler plus de 1.500 km sur une semaine avec plus de 36.000 m D+ comme ce fut le cas en 2014 à la Grande Canarie, soit une grosse Marmotte tous les jours … Au total, Ralph effectue entre 30.000 et 35.000 km par an (plus de 36.000 km en 2014).

Des journées avec plus de 200 km de selle ne sont donc pas rares chez moi. Ne me demandez pas comment je réussis à me motiver jour par jour, c’est devenu une habitude et j’ai de la chance que mon corps supporte mes charges d’entraînement avec 700 – 800 km en moyenne par semaine de travail et parfois quelques pics à plus de 1.000 km.

Une fois rentré, n’imaginez pas Ralph s’installer au fond de son canapé, sa journée n’est pas finie ! Ses filles l’attendent et veulent profiter quelques heures de leur père avant le « rituel » du coucher que Ralph ne raterait pour rien.

3 à 4 épreuves ultra par saison

En fonction de son agenda personnel et de ses disponibilités familiales, Ralph Diseviscourt participe à 3 ou 4 épreuves ultra par an. Ses choix se porte principalement sur des épreuves aux parcours difficiles et montagneux. Son programme 2015 le conduira ainsi sur les routes du Raid Provence Extrême, de la Race Across the Alps à Nauders fin juin, puis le Tortour en Suisse au mois d’août. Il n’exclut pas le Tour du Mont Blanc au mois de juillet s’il parvient à se libérer et si il a suffisamment récupéré du RPE et de la RATA.  Après, place aux vacances en famille et direction l’Afrique du Sud pour 3 semaines sans vélo !

Après son formidable duel face à Omar Di Felice lors du Raid Provence Extrême 2014, Ralph entend donc bien prendre sa revanche en 2015.

Nous nous connaissons bien désormais avec Omar, et chacun a un grand respect vis-à-vis de l’autre et pour ses performances. Amis dans la vie, mais guerriers sur la route ! J’aime quand les duels se jouent à la pédale, dans une sens comme dans l’autre. Que le meilleur gagne !

Omar Di Felice et Ralph Diseviscourt.

Omar Di Felice et Ralph Diseviscourt.

L’ultracyclisme, une discipline encore trop méconnue du grand public

Avec de grands champions comme Nicolas Franz et Charly Gaul, le cyclisme est une vieille tradition au Luxembourg. L’arrivée des frères Schleck, de Kim Kirchen et de Benoit Joachim dans le top mondial il y a quelques années a fait gagner la discipline en popularité, notamment auprès des jeunes qui ont été plus nombreux à prendre une licence. En revanche, comme ailleurs, l’ultracyclisme reste une discipline très peu connue par le grand public.

Nous ne sommes que 2-3 guerriers solitaires au pays qui veulent bien affronter ces épreuves titanesques. Les médias commencent doucement à s’y intéresser, notamment après mon succès à la Race Across the Dolomites (Dolomitica) en septembre dernier.

10491141_1533286093569801_927014329541380200_n

Cette victoire sur la Dolomitica a valu à Ralph Diseviscourt d’être invité sur le plateau d’un talkshow à la chaîne télévisée nationale RTL. Ralph se considère un peu comme un ambassadeur pour sa discipline et il s’emploie à favoriser le développement de la couverture médiatique dans le domaine de l’ultra afin de faire connaitre au plus grand nombre ce cyclisme de légende à plus d’un titre.

Ne pas avoir peur de se lancer

Pour Ralph Diseviscourt, il ne faut pas avoir peur d’affronter les épreuves épreuves ultra. Avec une préparation physique adéquate et le moral qui va avec, l’homme est en effet capable de bien plus que ce qu’on croit.

Je me le redis à chaque fois avant le départ d’une course ultra : il faut avoir confiance dans le travail effectué. Et puis en course, chacun connait forcément des hauts et des bas. Les moments difficiles sont inévitables mais vont passer pour laisser place aux sensations meilleures.

Pour Ralph, chaque course ultra est comme une expédition, une expérience humaine et sportive unique à savourer avec toute l’équipe. Savoir gérer son effort, connaître son corps et ses limites et disposer d’une grande force mentale, voilà les 3 éléments clés que doit maîtriser l’ultracycliste.

image (1)

Dolomitica 2014 – Passo Staulanza, col N° 12 après 417km de course, +537m sur 7.7km, max 17.2%

 

Je dis toujours que la condition physique du coureur est certe très importante, mais n’est en fait pas plus que la base pour réussir en ultra. Le moral et un bon fonctionnement de l’équipe d’assistance sont tout aussi primordiaux.

Ralph aime enfin à rappeler que les émotions avant, pendant et après course sont extrêmement forts. Mais ces moments si intenses valent largement toutes les peines et sacrifices tout au long de l’année !

Osez relever le défi de l’ultracyclisme ! Vous n’allez certainement pas le regretter !

En espérant qu’à l’issue de ce portrait vous serez à votre tour tenté par l’aventure d’une discipline certes exigeante mais ô combien existante, merci à Ralph Diseviscourt pour sa gentillesse et sa disponibilité et bonne route en 2015.

Palmarès de Ralph Diseviscourt

  • Vainqueur de l’Ultracycling Dolomitica (IT)
  • 2 fois vainqueur du Tour du Mont Blanc (FRA)
  • 3 fois vainqueur dy Gran Fondo Eddy Merckx (BE)
  • Vainqueur de l’Ardéchoise Vélomarathon (FRA)
  • Vainqueur de La Revanche de la Flèche du Sud (L)
  • 5 fois champion national de contre la montre  (L)
  • 2e du Raid Provence Extrême (FRA)
  • 2e de La Charly Gaul (L)
  • 3e de La Vélomédiane Claude Criquelion (BE)

Principaux partenaires

Matériel

  • vélo de route Specialized Tarmac / Dura Ace 11 vitesses mécaniques
  • vélo de clm Shiv / Dura Ace 11 vitesses mécaniques

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.