Silk Road Mountain Race, voyage en terre inconnue

Il est un pays dont plus des trois quarts de son territoire sont formés par les montagnes du Pamir et des Tian Shan. Un pays dont la moitié de la superficie se trouve à plus de 3 000 mètres d’altitude et dont les lignes de crêtes qui font offices de frontières comptent des sommets dépassant les 7 000 mètres. Prisés des amateurs de grands treks, ce pays n’est pas forcément la destination à laquelle on penserait en priorité pour une épreuve d’ultra-distance en autonomie. Et pourtant, c’est bien au coeur des montagnes du Kirghizistan qu’aura lieu en août 2018 la première édition de la Silk Road Mountain Race. Une épreuve assurément exceptionnelle sur la route de la soie. Un voyage en terre inconnue que ne renierait pas Frédéric Lopez lui-même. 

Depuis Bichkek, capitale du Kirghizistan, les candidats à l’aventure auront à affronter 1700 km sur des routes héritées de l’époque soviétique où les graviers remplacent régulièrement l’asphalte d’un autre siècle. Pour espérer être de retour à Chong Kemin, au soir du 1er septembre 2018, il faudra s’affranchir des 26 000 m d’ascension cumulés avec des cols situés à plus de 3 000 m d’altitude.

On doit cette nouvelle épreuve à Nelson Trees, triple finisher de la Transcontinentale Race. Nelson et le staff de la Silk Road Moutain Race ont passé plus de 3 mois sur place au cours de l’été 2017 pour tracer le parcours offrant un maximum de sécurité aux participants. Il en résulte un itinéraire qui les conduira à travers les régions les plus reculées et les plus sauvages de la planète. Un cadre grandiose pour une aventure extrême à tous points de vue.