Le Team Cyclosportissimo en route pour Oman #3

Le 22 février prochain, 4 représentants du Team Cyclosportissimo prendront le départ de la Bicking Oman, une épreuve de 1060 km dans le sud-est de la péninsule arabique avec en point d’orgue le spectaculaire et terrifiant col du Jebel Shams. Depuis 2018, Jacques Barge a fait de cette épreuve le point de départ de sa saison. Celui que l’on baptise désormais le « Sultan » au sein du Team Cyclosportissimo sera accompagné cette année de 3 autres membres du Team : Hervé Sabathé, Marc Lalande et Laurent Boursette.

Chacun d’eux nous livre dans quel état d’esprit il aborde cette épreuve.

Hervé Sabathé : 

« En ce qui me concerne, j’ai décidé de faire Oman alors que j’étais au Pérou…j’ai été le premier inscrit. Pour moi, tout est très simple : je suis tombé amoureux du staff BikingMan, de l’ambiance extraordinaire des avants-courses, des courses et des après-courses. Tout a commencé lors de ma participation au Corsica 2018. Ça a été une révélation.

Depuis le Corsica 2018,  je me lève BikingMan, je mange BikingMan, je m’endors BikingMan et je rêve aussi souvent BikingMan…

Mon année est rythmée par les vacances scolaires et en fonction de mes dates je vois si je peux faire les courses et je m’inscris.

Bon…tout ça a un coût et je dois dire que c’est un peu difficile financièrement parlant. Merci à ma chérie qui est très très….extraordinaire pour supporter tout ça….

A la retraite, je ne roulerai sûrement plus vu l’état de mon corps, mais si le BikingMan existe encore, je continuerai d’aller sur les courses pour leur filer un coup de main.

Je serai d’ailleurs en Corse pour la prochaine épreuve même si je ne peux pas y participer puisque le départ a lieu de jour de la reprise de l’école dans ma zone. Mais, et si mes genoux tiennent jusque-là, je ferai le parcours la semaine d’avant et je serai donc sur place jusqu’au samedi soir pour aider et filer un coup de main s’ils ont besoin.

Voilà, j’ai fait quelques cyclos par ci par là, mais au final je préfère rouler tout seul, faire mes petits délires en solitaire. La seule épreuve qui m’attire, c’est le BikingMan.

Je retourne au Pérou cet été pour essayer cette fois de terminer. Je me suis mis à l’Espagnol pour pouvoir bien mieux profiter du pays. J’espère aller au Laos en octobre mais là, les finances….on verra pour le Laos, mais c’est en projet.

Bref, je vis BikingMan…. Je peux vraiment dire ça….

Sinon, pour Oman, je me suis préparé tranquillement. J’ai la chance d’habiter un coin où il ne fait pas trop froid, ce qui facilite les sorties un peu longues.

Moi, j’ai plusieurs physiques à régler…sans m’étendre, ma paralysie du nerf sciatique à gauche m’emmerde bien la vie…un pied et une cheville morte, pas de muscles sur le mollet, des ischios pas complètement inervés à gauche et 50% de force en moins sur la jambe gauche, des muscles fessiers également atrophiés, des hernies en veux-tu en voilà dans le bas du dos, des genoux qui nécessitent une visco supplémentation annuelle pour ralentir une arthrose invalidante… plus plein de déséquilibres dûs à tout ce bordel… sans parler de mes problèmes fessiers qui me gâchent bien la vie aussi….

Bref….pour résumer, je ne peux pas appuyer trop fort sur les pédales…donc, je mouline, je suis plus cyclotouriste que cyclosportif, et depuis l’an passé, les montées sont devenues bien plus traumatisantes qu’avant (genoux)

Oman, c’est donc à priori une course plus facile pour moi que la Corse par exemple. Après ma dernière sortie longue un peu escarpée au mois d’octobre, j’ai boîté pendant 3 semaines…et plus de vélo évidemment…. Alors voilà, c’est toujours comme ça tout le temps. Je ne sais jamais comment je vais me réveiller…dos cassé ou pas, genoux en crise ou pas…

Du coup, j’essaie de profiter au maximum des moments où ça va à peu près. Toutes mes sorties un peu longues sont des moments de bonheur intenses. « Je pédale donc je vis…. », c’est vraiment ma devise. Je profite au max parce que si ça se trouve, dans 6 mois je ne pourrai plus rien faire.

Mais je m’égare…donc, pour en revenir à Oman, j’ai bien roulé depuis décembre, hormis une pause crise d’arthrose en janvier qui a nécessité une semaine d’arrêt. Je suis allé me tester sur Gênes en décembre (720km) et là j’ai fait Nice la semaine dernière et Monaco hier soit 300 et 350 kms, plus quelques sorties de 200kms. Profils relativement plat en général, un peu comme sur Oman (hormis le Jebel). J’ai fait 2500 kms depuis le début de l’année donc je suis content.

Mes craintes, ce seront surtout les pbs cités plus haut, une crise soudaine ou des douleurs nécessitant un abandon…plus les fesses qui m’inquiètent beaucoup.

Je pars avec mon Cannondale freins sur jante en 28mm Continental 5000 et chambres à air plus un prolongateur réhaussé testé hier et approuvé. Pour le développement, j’avoue hésiter encore… j’ai le choix entre le 11/34 ou le montage que j’ai essayé hier à base de Shimano et SRAM 14/36. Le problème de ce dernier c’est que j’ai un petit trou en milieu de K7 et que c’est en milieu de K7 que je suis le plus souvent…

Au niveau de mes objectifs : d’abord prendre du plaisir, m’en mettre plein les yeux, plein les narines, PROFITER au max de l’ambiance. C’est mon objectif number one.

Ensuite, je vais rouler à mon petit rythme en essayant de gérer au mieux mes douleurs. Je sais que je vais en chier, même en y allant doucement. Passés les 300 bornes ça va commencer à être difficile pour mes pauvres fesses.

Donc, faudra gérer….la chaleur, l’eau (je pars avec 2.5l sur le vélo plus 2l dans le sac à dos pour passer les nuits sans problèmes). Le sommeil, je verrai sur place. Le fait de partir le soir rajoute une difficulté bien particulière. Partir le matin après une nuit (même courte) de sommeil et partir le soir, ce n’est pas du tout pareil….

Je n’ai pas beaucoup d’expérience et je ne pense pas pouvoir faire des siestes chronométrées. Là aussi, je verrai sur place… micro-siestes ? Je ne sais pas…

Il faudra éviter l’épuisement total, savoir manger chaud et consistant (très réparateur dans mon cas). Pour moi le plus important, c’est qu’il ne devrait pas faire froid et ça facilitera les choix pour se poser et dormir un peu éventuellement.

Après, le fait d’être « en course », d’avoir un classement, de voir d’autres concurrents, tout ça dynamise et aide à avancer. Le moral sera primordial comme toujours. Etre positif, se satisfaire de ce que l’on fait, et comme je le disais plus haut, profiter au max de ces moments tellement particuliers.

Niveau vêtements, je pars en court. Jambières rafistolées découpées sur un cuissard long pour éventuellement la nuit, (mais pas encore sûr de les emmener), maillot été, manchettes anti uv, veste mi saison pour la nuit, peut-être un coupe vent, mais pas sûr du tout.

Le plus lourd sera constitué de ma trousse à pharmacie….doliprane, crème assos, homéoplasmine, crème réparatrice peau, crème Kotor pour mes genoux…demandez à Jacquot tout l’attirail que j’avais au Pérou….

Au niveau du temps de course, tout dépendra de la seconde nuit, de mes arrêts pipi/popo/crème/miammiam/dodo… sur Gènes, en y allant très molo, j’ai fait 32 h de vélo pour 720 kms. 38h en tout je crois mais pas mal d’arrêts (Axel à Cannes, un resto en Italie ou ils ont mis des plombes à me servir, un autre long resto à Nice au retour avec la maman de mon fils) et pas mal d’arrêts pour mes fesses. Ça a été très dur à ce niveau-là. J’étais complètement mort sur la fin le cul en feu et les jambes guère plus brillantes.

Bref, je ne pars pas la fleur au fusil, je suis même très inquiet et anxieux. Je sais que je vais en chier et ça va surtout être un exercice de gestion de tous mes petits soucis.

Pour conclure, je dirai que je suis très très content de retrouver mon « va nu pied » de Jacquot, Marco et Lolo qui va nous faire une grande course et porter très haut les couleurs du team. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :