Diabolique !

44h59′, tel est le temps mis par Anne-Fred Muller pour venir à bout des 740 km du parcours diabolique de la Route du Diable entre Valence et Cressia dans le Jura. Une performance qui en dit long sur son potentiel athlétique et ses capacités d’adaptation aux longues distances d’autant que Anne-Fred a longtemps jeu égal avec une des figures féminines de l’ultra-distance, Fanny Bensussan qui au final la devance de moins de 1h30. 2 filles dans le top 5 sur 29 finishers, chapeau !

Anne-Fred a rejoint le Team Cyclosportissimo à la fin de la saison 2019 sur les conseils avisés de Dominique Bard.

J’ai commencé le vélo en Bretagne avec des cyclosportives puis arrivée en Savoie j’ai entendu parler du Tour du Mont Blanc. J’ai juste adoré !! A partir de ce moment j’ai toujours eu envie d’aller plus loin, plus longtemps.

En 2019, Anne-Fred se lance donc dans le grand bain et boucle ses premiers BRM avant de s’aligner sur le Raid Extrême Vosgien. Même si elle doit renoncer à terminer l’épreuve, son attirance pour les longues distances n’en est nullement altéré. Bien au contraire !

Dès l’hiver 2019 – 2020, elle débute une préparation méticuleuse pour les objectifs qu’elle s’est fixée en 2020, à commencer par la Route du Diable. Malgré le contexte que l’on connaît, Anne-Fred garde le cap et se présente au départ le 6 juillet en ayant parfaitement bien préparé son affaire.

Pour la RDD j’ai choisi d’être le plus léger possible, une sacoche de selle avec l’équipement pour la nuit et un peu de ravito, une sacoche au dessus du cadre avec du ravito, une batterie avec panneau solaire entre les prolongateurs et du ravito dans les poches.

Inconditionnelle du rose et du noir, Anne-Fred s’est élancée avec ses couleurs fétiches pour une chevauchée assurément diabolique au profil particulièrement éprouvant.

Pendant l’épreuve j’ai roulé aux sensations, les traces GPS étaient nickels et l’accueil de mi-parcours m’a fait tellement de bien !! La nuit dans l’Aubrac était magique tout comme l’arrivée à Cressia, en fait comme le simple fait de se dire « Je pars pour rouler et j’arriverais… plus tard » !

Cette épreuve a permis à Anne-Fred de franchir le cap d’une seconde nuit sur le vélo. Un cap qu’elle a parfaitement bien maîtrisé même si elle a du lutter contre le sommeil et le froid. Pour continuer à pédaler elle repensait à une citation de Robert Mallet : « Ce n’est pas l’impossible qui désespère le plus, mais le possible non atteint. »

J’avais les capacités donc je devais pédaler. Je repensais aussi beaucoup à tout le temps que Dominique (Bard) m’avait consacré et le petit plus c’était bien-sûr les messages de mon chéri à 3h du matin qui regardais ma balise sur la carte depuis Gao au Mali.

Cette Route du Diable aura été pour Anne-Fred un excellent terrain d’apprentissage et si elle a d’ores et déjà prévu d’y revenir en 2021, elle compte poursuivre son « apprentissage » de la gestion du sommeil.

En attendant 2021, Anne-Fred a d’autres défis dans le viseur d’ici la fin de la saison 2020, notamment un Evresting ou devenir Maître des 7 Majeurs.

Parfaitement intégrée au sein du Team Cyclosportissimo avec lequel elle a participé au traditionnel week-end de fin de saison en 2019 et au stage en Espagne en février 2020, elle compte bien y conserver sa place en 2021 !

Le Team donne une super énergie. Les plus grands noms s’y côtoient dans la bonne humeur, sans prise de tête et surtout tout en restant toujours très humble malgré leurs exploits. Alors ça donne envie de rester en selle et pédaler encore un peu plus !

Bravo encore une fois à cette néophyte qui apprend très vite et un grand merci à Dominique Bard de lui avoir si bien conseillé de venir frapper à la porte du Team Cyclosportissimo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :