Thomas Dupin met le cap au nord !

Membre de la Team Cyclosportissimo depuis 2016, Thomas Dupin incarne à merveille les valeurs que partagent les férus de longues distances au sein de ce regroupement national. Disposant d’un solide coup de pédale et d’une endurance à toute épreuve, Thomas aligne les kilomètres avec une facilité souvent déconcertante et toujours avec le même sourire. Aussi agile à gérer le trafic aérien de part son métier d’aiguilleur du ciel, qu’à planifier des parcours improbables sur des cartes routières, Thomas se lance régulièrement dans des périples dont lui seul à le secret.

Pour son prochain challenge, Thomas s’apprête à franchir un nouveau cap à tout point de vue. D’ici quelques jours, il s’élancera de Oslo pour rallier le Cap Nord au terme d’un raid en autonomie de 2640 km qu’il compte réaliser en 6 jours.

Une aventure exceptionnelle dont il nous dévoile les contours.

Thomas, comment est né ce projet Oslo – Cap Nord ?

J’ai des origines Suédoises par ma maman, et depuis tout petit je suis allé de nombreuses fois en vacances en Suède (surtout) mais aussi un petit peu en Norvège. En 2006 je suis parti en camping car découvrir la Norvège plus « profondément ». Les paysages sauvages et magnifiques découverts alors m’ont véritablement séduits. J’y suis retourné, toujours en camping car et avec mes enfants en 2016. Au retour de ce voyage , dans les semaines suivantes, inspiré également par l’émulation du Team Cyclosportissimo j’ai commencé à m’intéresser au projet du NorthCap4000, un raid de 4000 km jusqu’au Cap Nord, une sorte de version nordique de la Transcontinental Race.

Mais une telle épreuve nécessite de disposer d’un temps incompatible avec mes obligations familiales et professionnelles. Alors, à défaut de continuer à caresser le rêve de participer à la NorthCap4000, je me suis penché sur un projet personnel en partant de Oslo pour rejoindre le Cap Nord en passant par les plus beaux endroits de la Norvège que je connaissais grâce à mes précédents voyages. J’ai donc étudié pendant plusieurs jours les différentes options pour définir un parcours idéal, sachant que l’omniprésence de l’eau dans certaines zones, rend l’utilisation des ferrys incontournable. Il fallait donc trouver un compromis entre tout cela.

Et puis bien sûr, l’objectif majeur est d’atteindre le mythique Cap Nord, où je ne suis jamais allé, car trop loin dans mes précédents voyages, il se présentait donc à moi inévitablement comme le but ultime de ce voyage.

Au-delà de l’aspect purement sportif, un tel raid va sans aucun doute te faire découvrir des régions extraordinaires. Peux-tu nous en parler un peu pour nous mettre l’eau à la bouche ?

Les pays du nord sont effectivement captivant en termes de paysages à commencer par les incroyables fjords, la neige et les glaciers toujours très présents sur des montagnes qui plongent vers la mer. C’est aussi une région de grands lacs et une végétation qui offre un panel de couleurs exceptionnel. Un décor de carte postale assurément !

J’aurai l’avantage de profiter de tout cela pendant de longues journées puisque début Juillet, on est dans la période du soleil de minuit. Je n’aurai donc quasiment pas à rouler dans l’obscurité totale, un avantage fort appréciable pour la pratique de l’ultra distance !

Comment appréhendes-tu ce raid sur le plan de la préparation physique et quelles options matérielles as-tu retenues  ?

Toute ma préparation cette année était tournée autour de ce projet car ma plus longue distance à vélo est de 1200 kms, et là il y en aura 2640 que je compte parcourir en 6 jours ! La flèche Véloccio, puis la BTR et pour finir les 7 majeurs, étaient les principales épreuves préparatoires.

La particularité des contrées traversées m’obligeait à entrevoir une solution de couchage sous Bivy (plus de 100 kms sans villages, et météo fraîche et humide, pluie régulière) avec sac de couchage. J’ai donc investit progressivement dans le meilleur matériel surtout en termes de poids (Bivy 530 gr) et Duvet (245 gr) car le parcours n’est pas plat.

J’ai donc fait un raid début Mai afin de tester tout cela (950 kms en 2 jours et demi). La préparation du matériel, comme du parcours sont les étapes les plus importantes pour moi de la préparation. Je suis également passé au moyeu dynamo afin d’être autonome en électricité.

Je suis obligé d’emmener pas mal de fringues de vélo car les températures seront entre 9 et 14°c avec souvent une petite pluie et un peu de vent.

Enfin, adepte du « minimalisme » je n’emmène rien de « civil », si ce n’est une brosse à dent et des lingettes. Je rachèterais des habits en arrivant !

Que redoutes-tu le plus sur un tel périple ?

Comme de nombreux cyclistes et quel que soit la distance à parcourir, ce que je crains le plus est forcément l’accident de la route, surtout loin de chez moi. Mais les routes que je vais emprunter seront relativement désertes et les gens plus respectueux. La météo est aussi un facteur non négligeable. Une météo très défavorable avec un vent contraire et une pluie omniprésente ne seraient évidemment pas des plus simples à gérer.

Tu te lances régulièrement dans des raids au long cours et tu as rejoint la Team Cyclosportissimo pour partager cette passion. Quel plaisir cela te procure-t-il ?

Ce que j’aime dans les longues distances c’est la découverte des paysages très variés. Car s’il y a un part de challenge ou de défi sportif à la clé, l’aspect touristique fait partie du choix des parcours que je réalise. J’aime aussi toute la gestion globale de tels projets. L’étude de l’itinéraire, l’optimisation du matériel, la planification des arrêts, la gestion du mental, du sommeil, etc… Les raids ultras se vivent tout autant avant que pendant !

Merci Thomas. Voilà de quoi mettre forcément l’eau à la bouche ! Cyclsoportissimo suivra ton périple avec intérêt et rappelons que ton raid vers le Cap Nord s’inscrit dans le cadre de notre engagement en faveur de l’association européenne contre les leucodystrophies (ELA) via l’opération « #OnRoulePourELA ». Bonne route !